dimanche 1 octobre 2017

Evitez de consommer de l’eau à Colombier-Fontaine

Il est préférable d’éviter de consommer l’eau courante à Colombier Fontaine depuis ce jeudi 28 septembre 2017. La source du problème a été analysée par les services de la mairie : il s’agit de contaminations microbiologiques qui affectent la qualité de l’eau distribuée au robinet. Malgré le fait que cette contamination soit bénigne, elle peut néanmoins causer des problèmes de santé, comme des gastro-entérites.

Afin de prévenir toute complication, des consignes de sécurité ont été communiqué aux habitants de Colombier-Fontaine :

  • pour la boisson, la glace et les glaçons, le lavage des dents, la préparation des aliments et le lavage des légumes crus, l’eau du robinet ne doit pas être utilisée ; pour ces usages, il convient de privilégier l’utilisation d’eau embouteillée ; à défaut, il convient de procéder à une filtration sommaire de l’eau dans un linge propre ou dans des filtres à café si l’eau est turbide, et de porter l’eau à ébullition à gros bouillons maintenus pendant une durée de 5 minutes dans un récipient avec couvercle, pour éviter tout risque de brûlure il convient de laisser refroidir avant usage
  • pour les autres usages (toilette corporelle, linge, vaisselle, WC, lavage des sols) l’eau du robinet peut être utilisée
  • en cas de doute pour l’abreuvage des animaux domestiques ou d’élevage, le vétérinaire habituel est le seul compétent pour déterminer d’éventuelles restrictions d’usage.
  • Il est aussi préférable d’éviter de puiser de l’eau de sources ou fontaines privées car ses dernières d’eau ne sont pas ou peu contrôlées. La qualité de l’eau n’y est pas connue et peut être dangereuse pour la santé. Il est donc fortement déconseillé d’y prélever de l’eau à des fins de consommation humaine.
Il est possible d’éviter de consommer de l’eau du robinet grâce à la collectivité qui a mis en place des bouteilles d’eau potable en libre distribution en mairie. Les analyses de l’agence régionale de santé (ARS) vont aussi permettre aux pouvoirs publics également de mettre en place des mesures de correction pour rétablir la situation rapidement. Parmi les solutions envisagées, il est possible que la chloration de l’eau soit renforcée. Au début, une odeur « d’eau de javel » sera surement ressentie à l’ouverture des robinets, mais ce sera le prix à payer pour une eau saine !

samedi 30 septembre 2017

La consommation d’eau interdite pour les habitants de Mercus-Garrabet

Depuis le jeudi 28 septembre, la consommation d’eau potable s’est avérée être dangereuse pour les habitants de Mercus-Garrabet, dans l’Ariège. L’origine du problème a d’ores et déjà été détectée : il s’agirait du hameau d’Aplaing qui aurait été pollué. Plusieurs conseils ont été promulgués par le syndicat mixte départemental de l'eau et de l'assainissement de l'Ariège ( le SMDEA 09). Ce dernier déconseille en effet de consommer de l’eau du robinet. Cela concerne essentiellement les personnes âgées, les personnes fragiles et les enfants. Le SMDEA a également pris toutes les dispositions de sécurité et une distribue des bouteilles d'eau minérale au Foyer d'Amplaing. Par ailleurs, les équipes s’attèlent à trouver une solution à ce problème sanitaire.

samedi 9 septembre 2017

Haute Loire : l’eau polluée provoque une épidémie de gastros

L’eau du robinet n’est plus potable pour les communes de Bellevue-la-Montagne et sa voisine de Monlet. La raison ? Un germe appelé « Escherichia coli » provoquerait des diarrhées, nausées et vomissements.

Un manque de communication des autorités
Ces symptômes ont été constaté à plusieurs niveaux de la population, à commencer par les bancs de l’école. La rentrée des classes a en effet été marquée par l’absence de nombreux élèves malades, tous atteints par les mêmes symptômes. Avec un bilan de 2 habitants sur 3 malades, les familles contaminées se sont rués vers un médecin débordé, lui-même malade pour les mêmes raisons. C’est d’ailleurs ce même médecin qui aurait contacté le syndicat des eaux pour leur signaler que le problème provenait de l’eau courante. Des problèmes du même type se sont également manifestés l’année précédente. Les habitants accusent un manque de réactivité et de communication dans le traitement de ce dossier.

Des mesures de préventions mises en place
Afin de stopper la gastro, de nombreuses mesures ont été prise par la commune. Un arrêté préfectoral interdisant la consommation d'eau sur les communes de Bellevue et de Monlet
a été mis en place vendredi matin. Les élus de Bellevue ont également mis la main à la patte et ont fait du porte à porte pour dire aux habitants de ne plus consommer l'eau du robinet. Des bouteilles d’eaux sont également en libre distribution. Enfin, le problème a été pris en charge : le « Pinet », passage de la source responsable de l’infection, sera traitée au chlore d’ici la fin de l’année.

jeudi 7 septembre 2017

L’eau du robinet contient du plastique, en France et 11 autres pays

Une étude Orb Media publiée par The Guardian jeudi 6 septembre et reprise par Libération prouve que l’eau du robinet que nous consommons au quotidien, en France comme sur l’ensemble de la planète, serait polluée par des fibres de plastique. Les analyses ont permis de détecter des microparticules de plastique dans 83 % des échantillons prélevés dans 12 pays.

Le nombre de fibres trouvées dans 500 ml d’eau est de l’ordre de 4,8 aux Etats-Unis et de 1,9 en Europe. Cette pollution serait due aux fibres de plastique présentes dans certains textiles (vêtements et tissus d’ameublements), en passant notamment par les machines à laver.  Les chercheurs ne s’avancent pas pour le moment sur l’impact de cette pollution de l’eau du robinet sur la santé.

Cette information est toutefois particulièrement préoccupante puisqu’on sait que ces microparticules peuvent favoriser des maladies graves comme le cancer.

mardi 5 septembre 2017

Le résultat d’une analyse bactériologique faite par l’ARS (agence régionale de santé) a conclu que l’eau d’Ille-sur-Têt est impropre à la consommation

Le résultat d’une analyse bactériologique faite par l’ARS (agence régionale de santé) a conclu que l’eau d’Ille-sur-Têt est impropre à la consommation. Cependant, ce problème a été rapidement pris en compte par le maire du village, William Burghoffer, qui semble avoir pris le problème à sa juste mesure. En conséquence, il invite les habitants de sa commune à être prudents avec la consommation d’eau courante. William Burghoffer prône deux solutions principales pour se prémunir de ces problèmes sanitaires. Tout d’abord, il est recommandé de faire bouillir l’eau courante avant de la consommer, afin d’éliminer les bactéries potentielles. Enfin, il est préférable de consommer de l’eau en bouteille.

La municipalité a aussi choisi d’informer ses habitants le plus tôt possible. En parallèle aux mesures de communications proactives, des distributions gratuites d’eau potable étaient organisées à la salle des fêtes et à la Catalane, de 16 h à 20 h. Enfin, de nouvelles analyses ont été commandées afin d’avoir une meilleure idée sur la source du problème.

samedi 2 septembre 2017

Cas de gastro détectés Clairgoutte et Melisey

Attention à votre consommation d’eau courante dans les communes de Clairegoutte et dans la commune de Melisey en Haute Saône ! En effet, l’eau du robinet a été reconnu comme impropre à la consommation par l’agence régionale de santé.  Cette décision a été prise suite à des analyses du contrôle sanitaire, qui a révélé des contaminations bactériennes. Ces contaminations sont à l’origine de maladies intestinales, principalement des gastro-entérites.

Jusqu’à la résolution du problème, des consignes de sécurité ont été données aux habitants des communes touchées. Il a été décidé que l’eau du robinet ne convient plus pour la boisson, la glace et les glaçons, le lavage des dents, la préparation des aliments et le lavage des légumes crus. Ces usages doivent être comblés par l’utilisation d’eau en bouteille.
En revanche, les autres usages tels que la toilette corporelle, le linge, la vaisselle, les WC ou le lavage des sols ne pose pas de problème avec l’eau courante. Les vétérinaires sont également disponibles pour aiguiller les habitants quant aux questions sur l’alimentation des animaux domestiques.

samedi 5 août 2017

Aspet privé d'eau potable depuis déjà une semaine

Pour démarrer ce mois d'août, c'est au tour d'Aspet, petit village de Haute-Garonne, de se confronter à des soucis de pollution de l'eau. D'après les informations du syndicat mixte de l'assainissement de Haute-Garonne, le problème serait dû à un appauvrissement en chlore. Des travaux près de la source pourraient être mis en cause, mais ce ne sont, à l'heure actuelle, que des suppositions.

La maire d'Aspet, Josette Sarradet, est très impliquée dans la vie de sa commune et tout particulièrement dans les problématique de l'eau - étant également vice-présidente du syndicat des eaux de sa région. Il semblerait que la maire ait bien pris les choses en main concernant la prévention.

Un texte explicatif a été diffusé aux habitants et des distributions d'eau en bouteille ont été mises en place. Par ailleurs, un système de relais permet également de subvenir aux besoins des personnes en difficulté. La maire tient également à rappeler que si l'eau n'est pas buvable, elle est utilisable pour la cuisine ou la toilette.

mardi 1 août 2017

Nouveau cas de pollution à Venarey-les-Laumes

Nouveau cas de pollution à Venarey-les-Laumes en ce milieu d'été. Dans cette ville du département de la Côte-d'Or, l'Agence régionale de santé (ARS) a révélé que l'eau était impropre à la consommation. Elle peut toujours être utilisée pour la toilette, la vaisselle ou le ménage mais ne doit surtout pas être consommée pour la boisson.

La commune de Ménétreux-le-Pitois, adjacente à Venarey-les-Laumes et également desservie par le même réseau d'eau, se retrouve dans la même situation. En attendant de trouver une solution, la mairie à organisé des distributions de bouteilles d'eau minérale dans les ateliers municipaux. Aucune information n'a été communiquée concernant l'avancé des analyses de l'eau et la date à laquelle celle-ci sera de nouveau consommable.

mercredi 26 juillet 2017

Haut-Doubs : hydrocarbure déversé dans la rivière du Drugeon

Nouveau cas de pollution dans le Haut-Doubs. Des quantités inconnues d'hydrocarbures non identifiés ont été déversées dans la rivière du Drugeon. Loin d'être insignifiante, cette pollution toucherait un nombre de villes conséquent : Arçon, Arc-Sous-Cicon, Bugny, Chaffois, Chapelle d’Huin, La Chaux, Dommartin, Gilley, Houtaud, Levier, La Longeville, Maisons du Bois Lièvremont, Montbenoit, Montflovin, Septfontaines,Ville-du-Pont, Villeneuve d’Amont, Villers sous Chalamont.

En attendant que la situation revienne à la normale, les habitants des villes concernées ont été avertis qu'il est déconseillé d'utiliser l'eau qui circule actuellement. Aucune information n'a été donnée sur une éventuelle distribution de bouteilles d'eau mais nul ne doute que la mairie prend bien en charge le problème.

mardi 25 juillet 2017

Oursel Maison : ouverture d'un capot au sommet du château d'eau

Vendredi 21 juillet, les habitants de la petite commune d'Oursel-Maison (240 habitants) ont été informés de la pollution de leur eau. Celle-ci serait due à l'ouverture d'un capot au sommet de leur château d'eau. Pigeons et autres mouches seraient passés par là, contaminant le réseau d'eau de leurs fientes. Les canalisations ont d'ores et déjà été vidangées mais reste encore le château qui devra être nettoyé à la brosse et au chlore. Même pour la cuisson d'aliments, l'eau est complètement interdite tant que le réseau n'est pas revenu à la normale.

En l'absence du maire (celui-ci est en congés), l'adjoint se charge de fournir aux foyers les ressources en eau minérale nécessaires à leurs besoins. La situation devrait très vite revenir à la normale.

mercredi 19 juillet 2017

Tarn et Garonne : le cas de Caylus et Mouillac

Si les cas de pollution de l'eau ne durent rarement plus d'une voire deux semaines, ce n'est malheureusement pas le cas de Caylus et Mouillac. Fin juin, l'ARS (Agence Régionale de Santé) avait détecté la présence bien trop importante de cryptosporidiums, des bactéries pouvant causer de nombreuses maladies, allant de la simple diarrhée à des inflammations du pancréas.

Comme il est de coutume dans ces cas-là, des bouteilles d'eau minérale ont été distribuées, mais à une échelle bien plus grande : pas moins de 34 000 pour subvenir aux besoins des quelques 1300 foyers qui sont touchés par cette pollution. Des opérations sont actuellement en cours pour nettoyer l'eau contaminée, la mise en place d'une unité mobile d'ultrafiltration étant nécessaire. Toutes ces opérations, de la distribution de l'eau à la mise en place de cette unité, représentent de grosses dépenses, évaluées à plus de 100 000 euros. Les experts espèrent un retour à la normale d'ici la fin juillet.

lundi 3 juillet 2017

Vereux : consommation de l'eau du robinet interdite

Vereux, petite commune de la Haute-Saône, fait cette semaine l'objet de sérieux problèmes concernant son réseau d'eau potable. Une récente analyse réalisée par l'ARS (agence régionale de santé) a révélé dans l'eau la présence de bactéries qui pourraient avoir des conséquences néfastes sur les personnes qui la consomment. En effet, si cette eau était consommée, elle pourrait causer des maladies comme des gastro-entérites, par exemple.

Aucune information n'a été donnée concernant une quelconque distribution d'eau en bouteilles mais il est conseillé d'en utiliser pour toute activité qui implique la pénétration de l'eau dans la bouche : boire, se brosser les dents, laver les légumes. De nouvelles informations devraient être fournies directement par la mairie de Vereux, en attendant un prochain rapport de l'ARS qui confirmera si oui ou non il est possible de consommer l'eau du robinet.

mardi 6 juin 2017

Nouveau cas de pollution à Aiguefonde, dans le Tarn

Au début du mois de juin, le maire a reçu des analyses lui indiquant une "dégradation de la qualité bactériologique de l'eau" dans le réseau de distribution d'eau dont sa commune dépend. Afin de préserver la santé de ses habitants, il les a immédiatement mis en garde contre l'utilisation de cette eau polluée.

Alors que des distributions de bouteilles d'eau minérale sont prévues tous les matins en attendant un rétablissement de la situation, les habitants peuvent tout de même utiliser l'eau pour la cuisine, à condition de la porter à ébullition durant cinq minutes. Le maire rassure également sa commune sur le fait qu'il met tout en œuvre pour accélérer le retour d'une eau potable et ainsi lui redonner une qualité de vie meilleure.

samedi 20 mai 2017

Beugin et alentours : interdiction de consommer l'eau du robinet

Les pluies ont fait de nombreux dégâts en ce premier semestre 2017 en causant la pollution du réseau d'eau dans de nombreuses villes. C'est actuellement le cas pour les communes de Bajus, Beugin, La Comté et Magnicourt-en-Comté. Les intenses pluies survenues au cours du mois de mai ont causé un déversement de boue dans la station de pompage, contaminant par conséquent l'eau potable des habitants.

Odile Leclercq, maire de Beugin, a conseillé aux habitants de sa commune de ne pas consommer ni de laver les légumes avec l'eau en circulation. Véolia, qui prend en charge le réseau dans cette zone, a fait parvenir des packs d'eau minérale qui sont distribués par la maire elle-même tous les matin. De nouveaux résultats d'analyse sont prévus pour le début de la semaine suivante.

mercredi 29 mars 2017

La commune de Josse se mobilise pour améliorer la qualité de l'eau du robinet

Lorsque sont traités les cas de pollution de l'eau dans les médias, le schéma est souvent le même : un bref historique de la situation est présenté, une intervention de l'Agence Régionale de Santé est évoquée et il est généralement conclu que les habitants doivent aller chercher des bouteilles d'eau à la mairie, en attendant que la qualité de l'eau ne s'améliore.

Ici, la situation est différente puisque dans cette petite commune de 750 habitants, Josse, les habitants n'ont pas été mis en garde par l'ARS. En se renseignant d'eux-mêmes sur la qualité de l'eau dans leur commune, ils se sont rendu compte que le taux de pesticides était légèrement au-dessus de la norme préconisée par l'ARS.

Devant l'inaction de l'ARS, les habitants ont décidé de ne pas consommer l'eau du robinet et uniquement de l'eau en bouteille. Cette divergence de points de vue entre l'ARS et les parents crée cependant certains problèmes, notamment à la cantine. Alors que certains parents d'élèves donnent à leur enfant une bouteille d'eau pour la journée d'école, la mairie refuse, pour raisons sanitaires, de consommer des produits venant de l'extérieur. Impossible, donc, pour cet enfant, de boire sa bouteille d'eau. Il est donc contraint à boire un peu avant et un peu après la cantine, sa mère lui préconisant de ne pas boire l'eau du robinet servie à la cantine.

La commune se retrouve dans une véritable impasse entre une eau polluée d'un côté et une ARS qui n'agit pas de l'autre. Les Landes ne faiblissent pas et plusieurs associations ont récemment remis une pétition au préfet des Landes dans le but d'obtenir une eau de meilleure qualité que celle actuellement garnie de pesticides.

mardi 14 mars 2017

Pas d'eau potable pour les habitants de Cahors

Si les cas de pollution de l'eau sont parfois de courte durée, ce n'est malheureusement pas le cas à Cahors, où les habitants doivent désormais s'habituer à une situation très problématique. Depuis le 5 mars dernier, les habitants de cette commune d'Occitanie ne peuvent plus consommer d'eau du robinet, que ce soit pour la boisson, la préparation de repas ou le soin dentaire.

Chaque jour, une distribution de bouteilles d'eau minérale a été mise en place dans 7 lieux de la ville. Les distributions s'effectuent de 10h à 12h30 et de 16h30 à 19h. L'ARS devrait fournir un nouveau rapport plus encourageant sous peu, bien que les conditions météorologiques aient provoqués l'apparition d'un parasite.

vendredi 17 février 2017

L'eau impropre à la consommation dans quinze communes des Hauts Cantons

Mercredi 15 février, une série d'intempéries a eu lieu dans quinze communes des Hauts Cantons. Compte tenue de la fréquence de ces problèmes récemment, les populations des communes suivantes ont été sensibilisées : Rosis, Saint-Geniès de Varensal, Saint-Gervais-sur-Mare, Saint-Etienne d'Estrechoux, Graissessac, La-Tour-sur-Orb, Le Pradal, Autignac, Cabrerolles, Caussiniojouls, Faugères, Laurens, Magalas, Roquessels et Saint-Nazaire-de-Ladarez.

Les précautions données par le syndicat intercommunal de Mare et Libron concernent principalement les personnes ayant la santé la plus fragile comme les nouveaux-nés/jeunes enfants ou les personnes âgées.

Les mairies des villes concernées distribuent des bouteilles d'eau minérale en attendant que la situation évolue. Des stations de filtrage d'eau devraient être installées afin de prévenir d'éventuels futurs problèmes.

mardi 14 février 2017

Distribution d'eau en bouteille à Busserotte-et-Montenaille

A Busserotte-et-Montenaille, petit village de 31 habitants, l'ARS a réalisé il y a plus de trois semaines, une analyse de l'eau du village et y a détecté une quantité trop élevée de bentazone. L'eau est de ce fait impropre à la consommation.

Pour pallier à cette eau impropre, la mairie a organisé une donation, dans le bâtiment-même, de bouteilles d'eau minérales. Distribuées à mesure d'une par personne et par jour, elles permettront au petit village de tenir le coup en attendant une éventuelle dé-pollution de l'eau.C'est la troisième fois que ce genre de problème arrive dans la commune en treize ans.

lundi 16 janvier 2017

Des études d’associations pointent un problème de pollution dans l’eau du robinet

Les pesticides, les nitrates et bactéries contaminent l'eau du robinet relève UFC-Que-Choisir dans une étude réalisée sur l’ensemble des réseaux desservant les 36 000 communes du pays. Ce phénomène, présent principalement dans les zones rurales, touche ainsi 2,8 millions de personnes.

L’association avance plusieurs raisons telles que la pollution agricole et les infrastructures vétustes afin d’expliquer la situation. En parallèle, l’ONG Générations Futures s’alarme dans le 8ème volet des enquêtes EXPPERT de la présence de pesticides perturbateurs endocriniens dans l’eau du robinet, les eaux souterraines et les eaux de surfaces. L’ONG constate notamment que 73,3% des pesticides les plus quantifiés dans les eaux de surface sont des perturbateurs endocriniens. Quant à l’eau du robinet et les eaux de souterraines, ces substances représentent près de 50% des pesticides les plus présents.