jeudi 12 juin 2014

Perchlorate dans l’eau du robinet : l’ANSES pointe les risques sur la santé



L’agence Nationale de sécurité sanitaire publie un avis de recommandation relatif aux risques d’exposition aux ions perchlorate présent dans l’eau destinée à la consommation humaine.

Selon l’ANSES, il est conseillé de limiter la consommation d’eau du robinet et de lait infantile où le niveau de pollution aux perchlorates dépasserait 4 µg/l. Ces recommandations s’adressent particulièrement aux  nourrissons et aux bébés de moins de 6 mois.


Etat des lieux 

Saisie à deux reprises au court de l’année 2011 par la DGS (Direction générale de la santé), l’ANSES a eu pour mission d’apporter un complément d’information quant à la présence d’ions perchlorate présents dans les eaux destinées à la consommation humaine. Lors de cette étude, l’ANSES détecte la contamination d’eaux du robinet dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées. A cette période, elle décrète que les eaux contenant moins de 15 µg d’ions perchlorate par litre ne comportent pas de risque sur la santé, mais déconseille quand même cette eau aux nourrissons dans la préparation de biberon. 

En 2012, la DGS saisit à nouveau l’ANSES au sujet d’une contamination dans le nord de la France. Il s’agit d’évaluer les risques sanitaires liés à l’exposition d’ions perchlorate dépassant 15µg/l pour un adulte et 4 µg/l pour un enfant de moins de 6 mois. Il s’en suivra la démonstration de l’impact de ces substances sur la thyroïde.(1)

D’où viennent les ions perchlorate ? 

Le perchlorate d’ammonium est issu en majorité de la production de matériel militaire. Dans son rapport, l’ANSES indique les différentes origines des ions perchlorate qui étaient utilisés  par exemple comme « oxydant pour les fusées », « dans la poudre d’armes à feu » mais aussi pour le « déclenchement des airbags ». 

En France, la présence d’ions perchlorate dans les eaux du robinet est justifiée soit par une activité industrielle utilisant le perchlorate d’ammonium (Aquitaine et Midi-Pyrénées), ou par une ancienne zone de conflit militaire suite à la guerre 14-18 (Nord pas de Calais). 

Quel danger sur la santé? 

Selon différentes études réalisées (1), l’exposition aux ions perchlorate aurait un impact sur la santé et perturberait les fonctions thyroïdiennes de l’homme. Suite à un « avis relatif à l’évaluation des risques sanitaires » liés à ces substances, la DSG indique les valeurs limites définitives d’exposition à : 15µg/l chez l’adulte et 4µg/l chez l’enfant. 

La contamination de l’eau en France

Une cartographie de la France, dresse le niveau de contamination au perchlorate. Les ¾ des échantillons analysés sont inférieurs à la limite instaurée par la DGS. Seul 2% des échantillons sont au-dessus de la limite pour les nourrissons. Bien que les résultats soient majoritairement positifs en terme d’eau du robinet, il n’en reste pas moins que certaines eaux sont encore contaminées et dangereuses pour la santé des nourrissons et des femmes enceintes. Il est donc nécessaire pour les personnes concernées de bien se renseigner sur la qualité de l’eau du robinet dans leur région.  
carte france pollution des eaux au perchlorate


En complément de son enquête, l’ANSES a dressé une étude sur le lait infantile commercialisé en France, et les résultats sont moins satisfaisant : « 5% des nourrissons seraient potentiellement exposés à ces composants nocifs ». 

L’agence régionale de la santé a émis il y a quelques temps une alerte au sujet d’une nouvelle contamination aux ions perchlorate en Champagne-Ardenne. Selon les résultats d’analyse, plus de 100 communes révèlent un taux de perchlorate situé entre 4 et 15µg/l et 6 à plus de 15µg/l. Même si le taux d’ions perchlorate ne dépasse pas la limite instaurée, de nombreuses communes françaises sont touchées encore par cette pollution.